TOURISME DURABLE

 

Entre l’insuffisance de ses structures hôtelières et la richesse de ses espaces naturels, Madagascar nouveau venu sur la scène du tourisme international a du mal à trouver sa place.

Bénéficiant de nouvelles liaisons aériennes et d’une bonne image auprès des professionnels comme du grand public Madagascar est aujourd’hui à la croisée des chemins, entre tourisme artisanal et tourisme de masse. Nosy Be est l’illustration même de cette situation car c’est la première destination balnéaire du pays, desservie directement depuis l’Europe. L’île aux parfums attire des investisseurs privés de plus en plus nombreux, elle a été définie comme une zone d’investissement prioritaire par l’Etat et les bailleurs de fonds, dans le cadre du projet « Pôle Intégré de Croissance » qui vise à réhabiliter ses infrastructures. Nosy Be, dans un avenir proche, est vouée à un développement touristique rapide répondant aux caractéristiques de la mondialisation.

Cependant le processus engagé n’est pas sans contrepartie, un coût humain qui ne se mesure pas forcément en termes économiques...

On est en droit de se demander si les avantages que prétend apporter le tourisme contrebalancent ses inconvénients, tant sur le plan social qu’au niveau environnemental. Le sujet mérite réflexion certes mais l’heure est à l’urgence, car les dégâts occasionnés par un tourisme aveugle sont déjà visibles alors que le pays commence à peine à être touché par le flux mondial.

Comment ne pas tomber dans les travers d’un tourisme de masse incontrôlé avec ses « effets secondaires » désormais connus ? En tant qu’opérateurs locaux de ce secteur économique clé, c’est notre rôle que de favoriser l’émergence d’un tourisme humain pour le développement durable du pays. Nous pensons que c’est la seule façon d’agir pour que Madagascar et ses habitants profitent réellement des retombées du tourisme. C’est pourquoi nous nous sommes fixés pour objectif la promotion d’un « tourisme équitable et solidaire » dans le nord de Madagascar, au‐delà des clichés et des modes.

Dans cette optique nous avons choisi le district d’Ambanja, appelé également région du Sambirano, comme zone pilote pour développer une activité touristique qui vise a créer de la richesse en milieu rural grâce à la mise en valeur, et surtout à une gestion locale, des ressources naturelles et du patrimoine culturel. Le choix de cette zone est guidé par plusieurs raisons : la proximité de Nosy Be, la diversité et la richesse naturelle du coin, notre implication locale et notre connaissance du terrain, ainsi que l’existence sur place d’une organisation paysanne dynamique.

En partenariat avec des associations et des familles, le projet que nous proposons à pour but de construire des structures d’accueil « chez l’habitant » et de faire découvrir des sites touristiques potentiels en milieu rural. Notre principal partenaire sur place est l’association ADAPS qui regroupe environ un millier de membres répartis sur tout le district d’Ambanja. En France le projet est relayé par l’association Vision Ethique. Nous sommes à la recherche d’autres partenaires. Si vous êtes intéressé par le sujet ou si vous avez simplement des informations utiles à nous communiquer, vous pouvez nous contacter par mail.